samedi 23 mars 2019

Phobique des phobies

Publié au Défi Du Samedi sur le thème : Xénophobe


Bonjour Docteur
Bonjour Madame … ?
Appelez moi Germaine
Qu'est-ce qui vous amène, Germaine ?
Le 666 … enfin, le bus 666.
Ah … je vois qu'au moins vous n'êtes pas hexakosioihexekontahexaphobe
Non docteur, sinon j'aurais pris une autre ligne mais celle-là est directe depuis Bécon-les-Bruyères
A part le bus, qu'est-ce qui vous amène, Germaine ?
Euh ... c'est rapport à mon mari qui est persuadé que je suis xénophobe
Je vois, pensez-vous être plutôt musulmanophobe, islamophobe
germanophobe, américanophobe, sinophobe, nippophobe, hispanophobe, grécophobe ou même italiophobe ?
Euh … aucun de ces phobes, docteur
Alors quelque chose de plus régional ? Peut-être bascophobe ?
Euh … bascophobe comme quelqu'un qui n'aimerait pas l'Etorky ?
En quelque sorte, Germaine
Non, docteur, j'aime tous les fromages

Etes-vous certaine que votre mari a dit xénophobe ? Il a pu dire xérophobe et vous aurez mal compris
Et c'est grave ça, xérophobe ?
Cela touche les gens qui ont peur du dessèchement de la peau
Ce n'est pas mon cas, docteur mais je me tartine quand même généreusement chaque matin
Bien ! Au moins vous n'êtes pas butyrophobe
C'est quoi ça la butyrophobie, docteur ?
C'est la peur du beurre
C'est fou ce que j'apprends de choses aujourd'hui docteur … tant que je vous tiens – si j'ose dire – mon mari a … comment dire ça … horreur des fellations … est-ce qu'il ne serait pas cuniculophobe ?
Non Germaine, il est plutôt pipophobe
Pipophobe ! J'aurais pu y penser. Mais où ai-je la tête ?
Ceci ne me regarde pas, Germaine par contre la cuniculophobie que vous avez évoquée c'est la peur des lapins
Justement il a aussi peur des lapins ; d'ailleurs ça n'est pas un chaud lapin et je le soupçonne d'être aussi frigidophobe
Euh … le frigidophobe a juste peur que le frigo tombe en panne, Germaine
Alors il a aussi cette maladie là, docteur . C'est lui qui aurait du vous consulter mais il a tellement la trouille de traverser la rue … c'est bien pour ça qu'il est chômeur
Alors il est également dromophobe. Dites moi, vous lui connaissez d'autres phobies ?

Pas vraiment … Ah si ! Il a peur des orchidées, mais laissez moi deviner, docteur … il serait pas orchidophobe ?
Hum … laissez moi vérifier … Hum … non, un orchidophobe a peur des testicules
Ah ? Pour ça il faudra que vous lui demandiez quand il viendra vous payer … c'est lui qui tient les cordons de la bourse
C'est cela. Encore autre chose ?
Ah oui. Il a très peur de Facebook, j'imagine qu'il est trombinophobe
Et non ! Le trombinophobe n'a peur que des trombones
Mon mari est trouillard, docteur mais pas à ce point-là
Et quoi d'autre ?
Il a bien un peu peur de sa belle-mère mais je pense que ça n'est pas vraiment une maladie
Ca pourrait être de la gérontophobie, Germaine … et si (excusez-moi) votre mère est poilue il est peut-être simplement pilophobe.
J'ignore si ma mère est poilue mais je sais qu'elle a souvent peur d'être constipée
Vous pourrez dire à Madame votre mère qu'elle souffre d'apopathodiaphulatophobie mais si vous craignez que ce mot barbare ne la bloque encore plus dites lui juste qu'elle prenne du jus de radis noir
Du radis noir, docteur? Je crois que sa xénophobie l'en empêchera
Ah ? Et depuis quand est-elle xénophobe votre mère ?
Ca remonte au débarquement des péniches en 45, docteur
Ah ? Ca c'est de la pénidébarphobie et je n'ai malheureusement pas de remède pour ça

Bon et bien je crois qu'on a fait le tour, docteur même si j'ignore pourquoi mon mari trouve que j'ai la peau qui se dessèche !
Peut-être devrait-il consulter un ophtalmo ?
Je crois surtout qu'il est trop exigeant, docteur … toujours à vouloir le beurre, l'argent du beurre et le sourire de la crémière !
Dites moi. Il n'a pas peur des sourires niais par hasard ?
Oh je crois bien que si, docteur !
Alors je ne peux pas vous cacher qu'il est Jocondophobe
(Soupir)
Manquait plus que ça … je me doutais qu'il y avait un truc grave chez lui
Rassurez-vous, ça se soigne bien, il suffit que vous lui fassiez la gueule une heure chaque matin
Merci docteur, je crois que je peux faire ça pour lui




samedi 16 mars 2019

La vie d'Alaric 1er pour les Nuls

Publié au Défi Du Samedi sur le thème des Wisigoths



Vers 370 c'est à dire juste après que ses semblables se soient carapatés des Carpathes naquit Alaric, dans un endroit où le Danube fait un machin pointu que les grecs appelleront delta, véritable sanctuaire pour les oiseaux de passage et les roms aussi.
Comme il se trouva être le premier à porter le nom d'Alaric (Alarico en mexicain) on décida de l'appeler Alaric Premier de Wisigothie pour ne pas le confondre avec Alaric Deuxième.
Très tôt avec ses troupes gothiques il participe à la grande transhumance des Wisigoths pour échapper à ceux que l'on nomme les Huns malgré leur nombre et qui inspireront la devise Huns pour tous et tous pour Huns.

En 394 il participe sous les ordres de Stilicone – venu de la Stilicone valley – à la campagne contre l'usurpateur Eugène (on dit dès cette époque, là où il y a Eugène, il n'y a pas de plaisir) dans les « parages » de la rivière Frigidus, une rivière de l'Ouest de la Slovénie connue pour ses migrants et ses travailleurs détachés qui viennent piquer le boulot des Huns et des autres.
A l'époque on disait « parages » car on n'avait pas la notion exacte des distances, toujours est-il qu'on se les gèle grave sur la rivière Frigidus où se déroule la Bataille de la rivière froide et c'est pour cette raison qu'Alaric 1er aura la Gaule … contrairement à son adversaire l'eunuque Flavius Eutropius qui eut droit à l'ablation totale.

Le 12 juillet 400 – 2 jours avant le 14 juillet dont ils ignorent l'importance – les Goths assiègent Kônstantinoúpolis (Constantinople en wisigoth) mais se font massacrer ; Alaric1er en profite pour s'allier avec Ostrogoth Radagaise et marche sur l'Italie, y entre du pied droit ce qui porte bonheur et ravage le Nord mais il sera défait à Vérone – dite la petite Vérone – et quittera l'Italie en 403 (l'année, pas la bagnole), la gaule entre les jambes après s'être retiré un an sur le Pô soit en 402 (l'année, pas la bagnole).

En 408 (l'année, pas la bagnole) – je sais, c'est énervant – il refait le siège de Rome et pour mettre fin à la guerre, il réclame et obtient 2500 kilos d'or, 15000 kilos d'argent, 4000 robes de soie, 3000 peaux teintes en pourpre et 1500 kilos de poivre pour son fromage pecorino de brebis.
Peu de temps avant sa mort il pille l'Italie du Sud car il le vaut bien et entre dans Rome; c'est ce qu'on appelle le fameux sac de Rome, inviolée depuis des siècles, sac de chez Del Giudice, 24 via della Stelletta qu'il offrira à son otage la belle Galla Placidia.

« Plus l'herbe est drue, plus elle est facile à faucher » dira t-il à propos de la toison pubienne de Galla, à moins qu'il n'ait fait allusion aux hautes murailles de Rome, ville éternelle tombée aux mains des barbares ; c'est là qu'il mourra de fièvre en 410 après avoir reçu la facture chez Del Giudice.


lundi 11 mars 2019

Pinsonneux

Publié aux Impromptus Littéraires sur le thème renouvelé des Plaisirs minuscules



On venait de fusionner les équipes de Vancouver et de Paris et j'avais été affecté au 318ème projet après l'abandon des tests sur le parfum d'un shampoing papaye et mangue.
Cette fois-ci je m'attelais au LA 440 Hertz qu'on avait décelé dans le chant d'un pinson qui s'était invité en plein hiver sur le balcon enneigé du grand patron …
Je devais cette mutation au Canada à mes brillants résultats sur la voie somatosensorielle de la caresse, étude qui m'avait – à en croire les jaloux – trop rapproché de mes sujets d'étude.
Germaine restée en France avec les enfants avait finalement lancé la procédure de divorce, une décision qui perturbait une région particulière de mon thalamus que j'avais explorée autrefois et que je connaissais bien (la région, pas Germaine).
J'en étais là de mes sombres réflexions devant cette grotesque cage à oiseaux où s'agitaient quelques pinsons des Canaries quand mon supérieur m'annonça la grande nouvelle : j'étais promu au grade de « Pinsonneux » en chef !
A cet instant j'étais bien loin d'être aussi gai que ces oiseaux chanteurs, ces pinsonnes d'un gris fauve dont j'allais partager la vie pour une durée indéterminée …
J'avais insisté pour tester des femelles, persuadé que leur chant mélodieux stimulerait l'ACTH – l'adrenal cortico-trophic hormone – objet de toutes les attentions des trois cent personnes qui bossaient comme moi sur les plaisirs minuscules.
Si les pinsonnes chantèrent, je dus déchanter ; l'assistante trompeusement acariâtre qu'on m'avait attribuée se révéla toute autre dans la machine à IRM et ses orgasmes à répétition faussaient tant les résultats des mesures que je dus la congédier, d'autant plus que mes pinsonnes baroques traumatisées jouaient un LA à 415 Hertz et non pas 440 !
Je portai alors mon choix sur un cobaye autochtone, un bucheron musclé et barbu façon ZZ Top dont j'envoyai immédiatement la photo à Germaine dans l'espoir de la convaincre de me revenir.
Je ne reçus qu'un SMS laconique en retour, un « Je te souhaite bien du plaisir » qui ruina mes derniers espoirs de sauver notre couple.
Je me noyai dans le travail, aidé de Aaron mon barbu musclé soumis aux gazouillis de mes pinsonnes et à la redoutable tomographie par émission de positrons, le dernier cri de la recherche scientifique.


Un matin, alors que je traversais la cafétéria du Centre de Recherche « Au Bon Plaisir » je surpris une jolie blonde à fredonner devant une chocolatine et un grand bol de café fumant et odorant ...
Je ressentis alors une sensation de chaleur intense au niveau du circuit mésocorticolimbique que je mis sur le compte de sa blondeur.
Pourtant, n'était-ce pas simplement cela que je cherchais éperdument depuis cinq ans ?
Non, ça ne pouvait pas être ça, ça ne devait pas être ça.
A l'autre bout de la cafétéria, Aaron me souriait, une jolie pinsonne bleue posée sur son deltoïde saillant … à mon poignet le détecteur de dopamine s'emballa.

samedi 9 mars 2019

Brèves du 09-03-2019


(Plus longues... c'est chiant)




Castaner invite « les Gilets Jaunes » à se demander « quelles traces ils veulent laisser »
Des traces de LBD ?



Le gouvernement présente une feuille de route pour le transport aérien
Pour une fois que Bercy ne nous présente pas un plan de vol



Un Picasso oublié dans un train en Allemagne
En voiture !!

Les vernes à Culaire

Publié au Défi du Samedi sur le thème : Vernaculaire



En pays de Chambertin on parle comme on déguste, en clappant de la langue et en roulant les «'r' pour s'oxygéner le palais, un peu comme si on voulait aérer un jeune millésime un peu trop carré …

Le matin on met le nez à la borgnotte pour voir le temps qu'y fera : un grand et chaud sulot ou bien une rabasse à vous gauger jusqu'aux os.
Quand on aura migé la potée et les treuffes jusqu'à en être gueudé, on ira nadouiller dans la gouyasse et les flaques d'eau avec les p'tiotes avant que nononque ne vienne nous flanquer une tisane.
Alors on jartera à la cave pour s'enfiler des galopins d'aligoté jusqu'à en avoir le virot, cheurtés sur une barrique au risque de déniaper nos culottes.

A la rivière on grimpera dans les aulnes – les vernes à Culaire – et comme Culaire aura cafté et qu'on va viauner le crottin et la bouse de vache en rentrant à la maison, on ira se coucher sans souper en chouinant
comme des beusenots.
On est comme ça en pays de Chambertin ! C'est quand même pas difficile à comprendre


dimanche 3 mars 2019

Les Mardi Grasses

Publié sur MilEtUne d'après l'illustration




Mardi Gras ! Elles se sont baptisées les Mardi Gras !
Ah oui, j'ai oublié de dire que Germaine avait deux sœurs ; un malheur n'arrive jamais seul comme on dit souvent.
Elles vont usurper sans le savoir le nom d'un groupe new-yorkais des années 70.
Ah mes années 70... à cette époque je jouais de la basse, cette même Fender Precision Bass que Germaine a ressortie de la cave où je la conservais dans son étui comme une relique car Madame a si j'ose dire un nouveau violon d'Ingres.
Après le macramé, l'origami et la peinture sur soi (ou sur soie, c'est pareil pour Germaine), Madame se fait rockeuse.
Berthe et Louise que l'on voyait chaque mardi à l'heure du thé viennent maintenant chaque jour constater les maigres progrès de Germaine.
Berthe a déniché sur e-Bay une copie de Stratocaster un peu défoncée et Louise une vieille contrebasse que je n'oserais même pas transformer en bar à whisky, bref … les Mardi Grasses – c'est moi qui leur ai suggéré ce nom – débarquent quotidiennement dans notre salon pour leurs répétitions dont le Larsen incontrôlé profite largement à tout l'immeuble.
Les Mardi Grasses... deux cent cinquante kilos dont vingt de cuir balancent la purée sur Blue, blue, blue suede shoes (les chaussures en daim bleu pour les ignares).
Aujourd'hui elles ont remplacé le thé par la bière et le tailleur H&M par le pantalon de cuir! Ces branleuses de manche ont la guitare qui les démange, alors elles grattent un p'tit peu comme chante Duteil.


Ca y est ! Ce soir les Mardi Grasses jouent – elles font le bœuf, dit-on – à la salle des fêtes de Fouzy-Les-Deux-Verges avec un répertoire qui va de Bob Dylan à Hervé Villard.
« C'est vrai que Germaine a les cheveux roux »... euh... non, ça c'est Jacques Brel.
Je me suis fait tirer l'oreille pour leur réparer un vieil ampli à lampes Orange de deux cent watts mais faudra pas m'en demander plus, elles peuvent bien envoyer la purée … ce soir, je vais au cinoche.





jeudi 28 février 2019

Brèves du 28-02-2019


(Plus longues... c'est chiant)




La plus grosse usine Nutella au monde est à l'arrêt en raison d'un défaut de qualité
On y aurait trouvé des traces de chocolat



Malte : Des poissons sur les routes à cause de vents violents
des queues de poisson, oui



Ile de France : Les perruches à collier gagnent du terrain
Elles ont quitté Neuilly ?