samedi 5 mai 2018

Idée reçue

Publié aux Défis du samedi sur le thème Lombric




"Si on te coupe en deux les deux moitiés repoussent"
lui avait assuré un fieffé asticot.
Le lombric alléché fonça au massicot
innocent et tout droit sorti de sa cambrousse

Le perfide asticot s'en tortille de rire
appelle ses copains qui peuplaient le lisier
certains s'en apitoient, on veut l'anesthésier
mais le lombric est preux, à quoi bon discourir ?

Il tâte le tranchant, le voici convaincu
offre son intestin à la lame affûtée
qu'actionne un gros ténia du genre azimuté

Le lombric tronçonné pousse un cri de bâtard
regarde derrière lui et comprend un peu tard
qu'il a tout comme nous une tête et un cul

4 commentaires:

  1. Excellent !
    Le demi-vers (hémistiche ?) à moitié plein ou à moitié vide ?
    Totalement inconscient, en tout cas...

    J'aime aussi la conclusion qui me rappelle Montaigne ! :-)

    http://dicocitations.lemonde.fr/citations/citation-49302.php

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour l'analyse affutée du découpage :))

      Supprimer
  2. Où sont ses pieds maintenant dans le premier ou dans le deuxième hémistiche?

    RépondreSupprimer