samedi 1 septembre 2018

Délice des îles

Publié aux Défis Du Samedi sur le thème du Ukulélé



Quand j'ai rencontré Germaine, elle jouait du ukulélé dans la batterie fanfare de Chalou Moulineux, autant dire qu'on l'entendait peu mais c'est son port de tête et sa choucroute à la Bardot qui avaient retenu mon attention, plus que sa guitarounette à quatre cordes.
La sienne était un soprano de quatorze pouces avec des cordes en boyaux de mouton mais c'est sa taille de guêpe et son mollet ferme qui m'avaient séduit avant tout ; elle aurait joué du fifre ou de la grosse caisse que j'en aurais été tout autant épris.
On s'est tout de suite accordés... en do sixième – sol, do, mi, la – l'accordage standard du ukulélé hawaiien alors que je n'avais jamais su jouer que « Les portes du pénitencier » sur mon harmonica.
Je jouais comme un manche et un autre monde s'offrait à moi ; j'avais du mal à imaginer en l'écoutant jouer « Singing in the rain » le soir dans le lit conjugal que Jimi Hendrix et Neil Young avaient commencé comme ça !
Je dormais dans le lit d'une pop star... du moins l'ai-je cru au début.

Car les années ont passé, le ioukoulélé s'est endormi au placard et moi aussi. Germaine avait troqué sa choucroute Bardot contre un balayage tendance et s'était abonnée aux Feux de l'amour sur TF1 et sur canapé...
La routine avait eu raison de la magie hawaiienne tout comme les éclairs au chocolat de la taille de guêpe de Germaine.

Je fais des efforts et « Over the rainbow » tourne en boucle sur la platine – Israel Kamakawiwo'ole, imprononçable et inoubliable – mais Germaine attend Adam et Chelsea qui devraient refaire l'amour dans l'épisode 7517 à moins que ça ne soit Hilary et Devon... et nous deux dans tout ça?
J'avais inscrit Germaine a un cours de danse hawaiienne dont l'intitulé m'avait séduit : Le hula, Délice des îles ou comment bien maigrir mais elle m'a jeté le dépliant au visage... j'avais dû mal choisir mon horaire, mais je ne m'avoue pas vaincu pour autant.



2 commentaires: