lundi 17 décembre 2018

Nicolas Claus

Publié aux Impromptus Littéraires sur le thème "J'ai tué le père Noël"




Le brouillard s'était allégé mais un instant auparavant on l'aurait coupé au couteau façon pièce montée.
Le flic s'était marré en notant ce détail dans son calepin : »Et bien sûr vous n'aviez pas de couteau sur vous ? »
Très drôle. Il n'aurait plus manqué qu'il m'inculpe pour port d'arme blanche.
Par dessus son épaule je vis qu'il avait inscrit « Braillard épais » ; j'étais loin d'être tiré d'affaire.
Je décris ensuite l'incident survenu sur ma droite, je racontai le grand fracas de bois cassé et les cris sans oublier les beuglements.
Des beuglements ? Oui, il n'y avait pas de quoi se marrer, pourtant c'est ce que fit le flic en poussant quelques Humm bien imités tout en notant « Vésicule prétendument hippomobile » ; il fallait être flic pour confondre un hippopotame et un canasson cornu !

On avait trouvé des papiers sur le pauvre bougre – le conducteur, pas le canasson – un turc originaire de Turquie et nommé Nicolas Claus... même pas français.
Je dis pauvre car il devait avoir une nombreuse famille au vu des paquets qui jonchaient le carrefour, et parmi eux un coffret de chez Sephora, celui-là même que Germaine m'envoyait chercher pour son Noël et qui tombait à pic si j'ose dire.
Le flic avait cessé de rire et nota « Recel et maquillage de scène de crime »
Pour ma défense je fis remarquer que ça n'était pas un temps pour traîner dans le quartier à l'heure où les honnêtes gens font leurs dernières emplettes.
Pour l'heure le turc avait complètement fini de traîner et gisait dans ce ridicule costume qu'il avait dû voler à un père Noël...
« Vous allez en faire des malheureux » compatit le flic en refermant son calepin et il ajouta même : « Vous avez des enfants ? »

Un petit groupe de curieux s'était formé autour de nous ; je reconnus la mère Dugenou, notre concierge madame Gonzales que j'appelle Dugenou vu qu'elle est toujours à quatre pattes à astiquer l'escalier...
Dans un quart d'heure tout l'immeuble saurait que j'avais refusé la priorité à un migrant venu de l'Est – enfin, de la droite – et dans une semaine la mère Dugenou pourrait se brosser pour ses étrennes.
Deux gamines se disputaient une poupée Barbie chapardée dans la confusion tandis qu'un chien reniflait prudemment ce qui restait de comestible dans l'hippo-machin.
On s'agitait de toute part et une rumeur monta de l'essaim bourdonnant: « Il a tué le père Noël ».
C'est fou cette manie qu'ont les gens à exagérer quand ils sont en groupe ; il était temps que le flic disperse la manifestation où certains commençaient à y voir l'oeuvre de quelque gilet rouge, bonnet jaune, bermuda vert ou que sais-je encore.
D'autres voyaient dans les restes de l'hippo-machin l'occasion d'organiser un méchoui séance tenante.
C'est à cet instant que sortit de cet amas rouge sang ce que je pris pour un éternuement... le calme se fit au carrefour.
Avec les turcs je ne sais jamais si ça parle ou si ça éternue.
Celui-là n'éternuait rien d'intelligible mais je vis dans son regard pourtant orthodoxe qu'il m'en voulait personnellement.
Je profitai donc de la stupeur générale pour déguerpir dans le tas de ferraille qui me servait désormais de voiture; il était grand temps de foncer chez Séphora avant la fermeture et éviter une belle scène de ménage.
Dans son calepin le flic avait dû écrire « Débit de fuite » ou un truc comme ça mais que n'aurais-je bravé pour plaire à ma Germaine au moins une fois l'an.

samedi 15 décembre 2018

Comment détacher la barre des tâches

Publié au Défi Du Samedi sur le thème du Jargon



« Dis mon biquet, comment on fait pour détacher la barre des tâches ? »
Germaine a le don de m'interrompre au pire moment de mon sudoku quotidien, celui on je me demande pourquoi il y a deux 9 dans le dernier carré !
« Pourquoi tu veux détacher la barre des taches ? »
Elle tourne vers moi l'écran de cette ancienne bécane que je lui ai refilée l'an dernier et qui tournicote sous Windows 95.
« Euh... je sais pas, je suis les conseils d'un geek sur internet qu'a l'air de toucher sa bille et qui pisse du code à longueur de temps»
« Tu devrais essayer le vinaigre blanc»
Germaine ouvre des yeux ronds : « Hein ? »
« Laisse tomber bichette, c'est une blague »
« Ah ... Et tu trouves pas bizarre qu'il me dise aussi qu'il manque un pilote ? »
« Oublie ça bichette, y'a qu'un pilote dans cette maison, c'est moi »
Germaine jette un regard langoureux à l'homme de la maison puis fronce les sourcils : »Maintenant il me demande de fermer tous les onglets ! »

Je referme ma tablette sur cet insoluble sudoku et soupire : »Tes onglets, ils les vendent au kilo-octet ? Tu serais pas sur un site de cuisine par hasard ? »
« Hein ? »
J'éclate de rire : « Je m'demande si ton onglet n'vient pas d'un cheval de Troie »
«Te moque pas biquet, c'est un site sérieux qui éradique les malouères mais je sais pas encore si c'est mon firmouère ou mon hardouère qui est malade... »
J'ignorais que ma Germaine possédait des trucs en ouère : « Comment tu m'parles maintenant, bichette ? »
Germaine se rengorge : »Tous ceux qui sont connectés parlent comme ça aujourd'hui, Môssieur»
« Ah bon ? »
Quand Germaine maîtrise un sujet, elle sait me le faire savoir : « Oui... sais-tu que quand ça plante il faut faire risette ? »
« Je croyais que quand ça plantait on faisait la gueule... »
Justement Germaine commence à faire la gueule : «D'ici peu tu voudras bien m'appeler client-serveur, s'il te plait»
« Client-serveur ? T'as déjà vu quelqu'un être serveur et client en même temps ? »
« En informatique, c'est possible, Môssieur ! Je suis sûr que tu ignores qu'il y a des ROMs dans un ordi» me lance t-elle.
« Mais les ROMs sont partout Madame ! On aura tout vu, c'est le pire du pire ton affaire »
Germaine me reprend de volée : « Pire tout pire ! On dit pire tout pire ! »
« Si tu veux bichette »
« C'est pas si je veux, c'est comme ça, tu vas devoir upgrader ton langage»
« O.K. Bichette... en tout cas tu te débrouilleras toute seule pour détacher la barre des tâches de ton usine à gaz»
Germaine explose : « L'usine à gaz, c'est toi qui me l'a refourguée pour t'acheter une tablette, alors reste dans ton monde Monsieur Je sais tout »

Je rouvre ma tablette tandis que Germaine file à la cuisine chercher un détachant ...




mercredi 12 décembre 2018

Brèves du 12-12-2018


(Plus longues... c'est chiant)


Donald Trump gracie Paul Manafort reconnu coupable de fraudes fiscale et bancaire
après la grâce de la dinde de Thanksgiving


François Hollande a rencontré des Gilets Jaunes dans l'Ardèche
Les Gilets Jaunes sont aussi dans la dèche 


(Lu dans Ouest-France) Sarthe : Simon a réussit les tests de pilote d'hélico
Ouest-France a raté les tests de pilote de dico

lundi 10 décembre 2018

Envahisseurs

Publié aux Impromptus Littéraires sur le thème : entre la cave et le grenier




Je les aurai jusqu'au dernier
ces surmulots, ces campagnols
qui dansent, grignotent et rigolent
entre la cave et le grenier

Je les ferai tous prisonniers
je les suspendrai par la queue
ces provocateurs belliqueux
trottant de la cave au grenier

De l'entresol au pigeonnier
de la cuisine à ma chambrette
jusque dans ma boîte à gaufrettes

au fond du placard à chaussures
je vais les étriper c'est sûr
entre la cave et le grenier

samedi 8 décembre 2018

Péché original

Publié au Défi Du Samedi sur le thème : Incipit



« Au commencement Dieu créa le ciel et la ter... »
Adam tomba de son hamac : »Tu vas pas remettre ça !»
Pour la douzième fois, Eve reprenait son livre de chevet en quête d'une réponse : »Je le lirai tant que je n'aurai pas trouvé l'adresse pour mes escarpins ! »
« Quels escarpins ? »
« IL a créé les loups et les bouquetins... mais je ne vois rien sur l'histoire des loup-bouquetins »
« Quels loups bouquetins ? »
« Je parle de ces jolis escarpins que j'ai vu dans Genèse Magazine et qui iraient si bien à mes petits pieds parce que je le vaux bien »
Adam remonta dans son hamac : «Et c'est pour des godasses que tu me ruines ma sieste ? »
Eve reprit sa lecture en chantonnant : « Eve lève-toi et danse avec la vie
L´écho de ta voix est venu jusqu´à moi... »
Adam bougonnait : « T'as pas encore pigé que le loup a bouffé le bouquetin ? »
La soirée à l'Eden approchait et elle n'allait tout de même pas y aller pieds nus.
Il y avait bien ce Nahash, un serpent qui vendait tout et n'importe quoi ; c'était bien le diable s'il ne lui dénichait pas une jolie paire de chaussures à talons aiguilles et semelle de cuir rouge pomme …

 


jeudi 29 novembre 2018

Brèves du 29-11-2018


(Plus longues... c'est chiant)



Pôle Emploi demande à une chômeuse d'apporter son propre papier pour imprimer son CV
c'est la goutte d'encre qui fait déborder la cartouche



LGV, vélos, trottinettes... les grands projets de transport prévus par le gouvernement
et patins à roulettes, trotteurs, déambulateurs électriques ?



Un fournisseur de poulets de l'Elysée pousse un coup de gueule contre Macron
Pas facile de fournir des Benalla en ce moment

dimanche 25 novembre 2018

Brèves du 25-11-2018


(Plus longues... c'est chiant)
Spécial Gilets jaunes



Alsace : Une soupe au laxatif servie à des Gilets jaunes
ligne jaune devant, ligne marron derrière



Gilets jaunes : 106 301 manifestants en France annonce le ministère de l'Intérieur
106 300, ça sent la louche alors que 106 301, ça sent la loupe



La maison de Castaner « attaquée » par les Gilets jaunes
A coups de selfies... c'est un vrai mitraillage !