samedi 25 juin 2022

Voir la Lubie et mourir

 

Publié au Défi Du Samedi sur le thème "Lubie"


T'as voulu voir Bali et on a vu Bali
enfin toi tu l'as vu, moi j'étais dans un lit!
A vouloir emporter deux tonnes de bagages
j'ai dû pousser l'avion avant le décollage.

Aux bambous et aux gongs tu préférais les cloches
tu étais la plus belle et aussi la plus moche,
toi qui as toujours cru que Rome est aux Antilles,
que la coke espagnole est blanche de Castille.

Si tu avais fermé ta bouche de chacal
au lieu de claironner à une javanaise
"j'en ai bavé pas vous" et toutes tes fadaises
on n'aurait pas eu droit à un toucher rectal...

Les douaniers balinais n'étaient pas délicats
j'en garde pour longtemps un souvenir cuisant
doublé d'un lumbago au parfum d'arnica,
mêlé de vin de riz et de tranquillisants.

Alors je te préviens l'an prochain c'est sans moi
Tataouine ou Cuba, à Lille chez Maurice
tu iras où tu veux au gré de ton caprice
te faire palper le dos et ce que tu voudras!

samedi 14 mai 2022

Divine fulgurance

 

Oui je sais, je me répète mais c'est pour la bonne cause ... le Défi du samedi sur le thème Fulgurance.


Félix ne dormait pas.

C'était toujours ainsi à chaque veille d'intronisation.

Demain il y aurait un banquet, un de plus, une réception en l'honneur des Chevaliers du Pignon Fixe, des pédaleurs assoiffés qu'il lui faudrait arroser au cassis-champagne avant d'être adoubés avec une pompe à vélo!

Seigneur Dieu !

Chaque insomnie l'amenait irrémédiablement à la cave où – coiffé de son bonnet de nuit et chaussé d'une des nombreuses paires de lunettes qu'il abandonnait ça et là – il refaisait son inventaire.

Il est des régions de France où on peut tout à la fois être chanoine, maire d'une grande ville et amateur de bons vins sans défrayer la chronique.

On disait que la mairie de Félix était le plus grand débit de boissons de la Ville mais il préférait ça à cette sombre rumeur de pédophilie qui sourdait et qui ne manquerait pas d'éclater au grand jour un siècle plus tard.


Il en avait rincé des gosiers entre les associations de tous poils, les clubs sportifs, les hommes politiques, les vedettes sans compter cette jeunesse dont on voyait « rougir la trogne », qui roulait sous la table et confondait Saint Vincent tournante et partouze...

Du coup sa pile de bouteilles de champagne était encore descendue d'un bon mètre.

Etait-ce un effet divin ou bien la buée sur ses verres, il buta sur une caisse d'aligoté, écrasant à la fois son gros orteil et un juron où figurait en bonne place le Bon Dieu.

C'est alors qu'un éclair fulgurant illumina la voûte sombre au point qu'il tomba à genoux, serrant « religieusement » sa bouteille de crème de cassis de Dijon à 20°.

La main divine guidait la sienne et le premier bouchon d'aligoté sauta miraculeusement.

Un quart de cassis, trois quarts d'aligoté... non... trop acide pensa t-il en

faisant claquer cette langue qu'il avait souple et bien pendue.

N'avait-il pas répondu récemment à untel qui lui reprochait de croire en Dieu sans jamais l'avoir vu « Mon cul, tu l'as pas vu et pourtant il existe ! »

(Citation véridique)


Un tiers de cassis, trois tiers d'aligoté... non... quatre tiers ça s'appelle un sacrilège, un affront aux lois de la mathématique !

Un deuxième bouchon sauta, embuant un peu plus ses verres de lunettes.

Un tiers de cassis, deux tiers d'aligoté... Son « Nom de Dieu » résonna sous la voûte tendue de toiles d'araignées.

Il tenait l'accord parfait, ni trop acide ni trop sucré, une potion qui allait ravir les palais les plus retors.

Il s'en resservit un verre avec les mêmes justes proportions, pour être tout à fait certain.

A quoi bon pinailler en pleine Création ?

Le Tout Puissant avait-il autant joui en créant ses deux premiers bipèdes ?

Il tenait là le petit Jésus en culotte de velours, n'en déplaise au très Haut.

Demain à l'heure de l'intronisation, les amoureux de la petite reine chercheraient les bulles dans leur traditionnel blanc-cass ; il seraient les premiers à déguster son... comment l'appellerait-il ?

Kir... comme lui... Félix Adrien Kir né à Alise-Sainte-Reine le 22 janvier 1876


samedi 2 avril 2022

Mort subite

 

Publié au Défi Du Samedi sur le thème Zythologue





Dès sept heures au bistrot «Ici le brasseur sonne à la lie » l'ambiance est déjà animée.


« Salut Paulo, je t'en tire une petite ? »

« Ah ne me tente pas de bon matin ! »

« Aujourd'hui j'ai reçu d'la Turlutte et d'la Kékette Extra large »

« Déconne pas »

« Qu'est-ce que j'te sers alors, sans vouloir te mettre la pression ? »

« Mets-moi juste une portion de frites »

« T'es au courant du dicton connu comme le houblon ? »

« Toi et tes dictons … vas-y quand même»


« C'est pas les frites qui font grossir

mais c'est la bière qu'on boit avec »

« T'es pas drôle »

« Et celle-là ? Bière qui coule n'amasse pas mousse »

« Arrête ! T'as gagné … mets-moi une Fischer »

« Alors y faut que j'te chante ça :


Et je suis fie-er et je suis fie-er

et je suis fier de boire une Fischer »


« T'es pas drôle … heureusement que les bourguignons sont trop loin pour t'entendre»


«Au fait Paulo, tu sais que le vieux Willems a fait une mort subite ? »

« Willems le biérologue ? C'est son boulot la mort subite »

« Non Paulo. Il a vraiment cassé sa pipe »

« Vains dioux ! Remets-moi une Fischer» 

« Et tu sais pas ce qu'y z'ont gravé sur sa tombe ? »

« Euh non »

« il a fait d'une bière deux coups »

« Et ben sa famille devait être affligée pour écrire ça »

« Non, y z'étaient Affligem »

« C'est pas marrant »

«T'as raison, c'est pas marrant »





samedi 26 mars 2022

Le youyou pour les Nuls

 

Publié au Défi Du Samedi sur le thème du Youyou





Le youyou est la version anglaise du tutu français, du dudu allemand et du tyty polonais.

C'est aussi un petit perroquet du Sénégal bien que le petit perroquet soit également une voile de bateau carrée, voile dont s'affublent les femmes sénégalaises qui poussent des longs cris aigus et modulés de colère ou de désespoir appelés youyous quand leur barquette appelée aussi youyou se met à prendre l'eau …

Un youyou peut résonner très longtemps, la preuve en est qu'on peut encore entendre aujourd'hui celui de la chanson Musulmanes de Michel Sardou enregistré à leur insu en 1986 !

Ceci étant dit et au risque d'ajouter à la confusion, on notera le youyou tunisien, fameux beignet oriental fait de farine, œufs et orange qui vous clouera le bec pour un bon moment mais qui permet de colmater les trous des petites barques où se tiennent les femmes sénégalaises qui poussent des longs cris aigus et modulés de colère ou de désespoir appelés youyous mais ça on l'a déjà dit.

Bien que Pierre Perret ai chanté haut et fort « Tout, tout, tout vous saurez tout sur le youyou », et après avoir ramé sur les sites d'information concernés je crains qu'en fin de compte on ne nous mène en bateau.


samedi 26 février 2022

Un bug dans la Genèse 1.0

 Publié au Défi Du Samedi sur le thème Uchronie




Dans la nuit du cinquième au sixième jour, IL s'éveilla avec un mal de crâne carabiné, comme une tempête dans son cerveau embrumé.

IL se traîna à la porte de sa chambre de l'Eden hôtel – l'unique cinq étoiles des lieux – et jeta un œil au Judas avec une certaine appréhension.

Dans le ciel tout neuf son grand luminaire avait donné rendez-vous à son petit luminaire comme si le Malin avait piraté son interrupteur crépusculaire et dans ce flot de lumière crue IL découvrit le spectacle pathétique de toutes les bestioles qu'IL avait créées la veille en train de forniquer à tout va.

Au moins son fameux slogan « Croissez et multipliez-vous » avait été reçu cinq sur cinq et les bonobos n'étaient pas en reste.
La tempête qui redoublait sous son crâne venait probablement de ces RTT dont IL avait abusé, des cocktails Rhum-Téquila-Tabasco créés de la veille.

IL s'en enfila un avant de se recoucher.



Quand IL ouvrit les yeux il faisait grand jour … son grand jour, le jour du Seigneur et IL dit que c'était bien ; cependant IL lui sembla malgré la brume cotonneuse qui persistait sous son crâne qu'IL avait raté un épisode du feuilleton, voire plus.

IL chercha des yeux sa tablette ou plutôt ses tablettes sur lesquelles IL avait patiemment gravé sa Genèse 1.0 mais IL ne la trouva point !

Le malin avait-il pu faire main basse dessus pendant son long sommeil ?
IL jeta un œil au Judas pour la seconde fois et se figea.

Dans le hall de l'Eden hôtel se tenait un étrange petit bipède vert, d'un vert fluo, presque chlorophylle, qu'on appellerait plus tard le vert Adam.


IL dut s'asseoir un instant tant la surprise était grande.

« Bien trop de tabasco dans mon RTT » se dit-IL en se frottant les yeux.

IL se serait bien recouché puisque c'était son jour à LUI mais il y eut des coups légers contre la porte.
IL entrouvrit l'huis … qui d'autre que LUI aurait pu entrouvrir l'huis ?

Le petit bipède vert lui parut soudainement plus grand, perché sur d'affriolants escarpins en loup-bouquetins (mi-canidé, mi-chèvre pour les curieux).

Le bipède était nu comme un ver – en tenue d'Adam dirait-on plus tard – et sans se présenter il se mit à minauder : »Y aurait-il pas une piaule de libre dans ce garni ? J'me les gèle dans ce hall ouvert aux quatre vents »

Et dire qu'IL avait mis tout son cœur au deuxième jour pour créer les quatre vents, la mer, les golfes clairs et ses blancs moutons … bref.

A l'évidence IL constata que le petit bipède vert se les gelait bel et bien et dans sa grande bonté IL le fit entrer afin de lui proposer une feuille de vigne.

« Enfilez-ça » lui dit-IL et IL ajouta « Vous êtes seul ? » en réalisant l'incongruité de sa question.

« J'attends des clients » répondit le bipède « mais ça se bouscule pas »

« A qui ai-je l'honneur ? » demanda t-IL car il était temps de reprendre le contrôle des événements.

« Appelez-moi Adam » répondit le bipède « puisque c'est le blase qu'on m'a refilé »

IL soupira d'aise; Adam c'était bien puisque c'était son idée à LUI.

IL devrait juste corriger certaines petites choses, apporter plus de virilité à tout ça.

« Est-ce qu'il ne vous manquerait pas une côte ? » hasarda t-IL en croisant les doigts dans son dos.

« Certainement pas» s'offusqua le bipède « je suis parfaitement constitué de toutes les composantes de ma personne » et il ajouta « par contre vous avez l'air bizarre »

En effet tout était bizarre depuis … depuis deux jours.
IL avait bel et bien perdu les pédales et IL se surprit à proposer un RTT au petit bipède-vert-Adam qui l'accepta.

IL en prit aussi mais par pure politesse.

« Bien sûr y'a pas de Oui-Fi, ici ? » marmonna Adam.
IL ignorait qui était ce Ouifi et IL répondit au hasard «par contre j'ai plein de paraboles comme 'le fils prodigue' ou 'la brebis perdue ' »

« J'connais pas cette marque » répondit Adam en sirotant son cocktail de bienvenue.

Dehors, un sifflement lancinant se fit entendre.
IL jeta un troisième œil au Judas et vit ramper un immonde serpent devant sa porte et qui sifflait un air qu'on attribuerait plus tard à Jeanne Mas.

Ça sifflait comme ça : « Toute première fois, toute toute première fois » 


IL retourna s'asseoir afin de reprendre un RTT.
Là-haut dans une chambre le petit bipède vert s'emportait à nouveau «Nom de Dieu ! Y'a pas de réseau non plus »


IL avait créé tout son petit monde dans l'espoir que ça tourne rond, que chacun suive son chemin Caïn-Caha mais au vu des événements récents tout portait à croire qu'il allait falloir faire une croix sur Caïn …

« Faire une croix, quelle drôle d'idée » songea t-IL.

IL constata que le Nabuchodonosor de RTT était presque vide et réalisa que bien malgré lui IL venait de créer le bug.

 

samedi 12 février 2022

L'arrêt Galaad

 

Publié aux Défis Du Samedi sur le thème Schibboleth





Depuis que Jephté – le chef de bande des hommes de Galaad – a ouvert sa boîte de nuit branchée « L'arrêt Galaad » une foule se presse chaque soir pour s'y éclater jusqu'à l'aube.

Grâce à son légendaire pouvoir de persuasion Germaine a réussi à m'entraîner sur les rives du Jourdain mais si elle rayonne dans sa tenue de vestale du même tissu (la rayonne) j'ai plus l'air d'une vieille pétasse que d'un éphèbe dans une tunique bien trop courte pour moi.

Au bout d'une plombe on se présente enfin devant un cerbère taciturne qui se fend d'un rictus en découvrant mon accoutrement.

« Etes-vous Ephraïmites ? » aboie t-il comme tout cerbère.

« Non » répond Germaine qui a bien retenu la leçon.

L'écho de la fête nous parvient ...

« Aqaba, Aqabi
Aqabi où l'amour danse avec la nuit »


Derrière le cerbère on distingue un amas de corps enchevêtrés. « C'est ceux qui ont mal répondu aux questions» me susurre Germaine à l'oreille.

« Z'avez le code ? » éructe le cerbère taciturne.

Germaine opine du chef comme une première de la classe snobant ses copines devant la maîtresse ; elle déclame « Ciboulette ».

Le cerbère fronce les sourcils en portant la main au pommeau de son cimeterre.

J'ai comme une boule de kebbeh en travers de la gorge tandis que Germaine s'offusque: «C'est pas ça ? »

«Dernière chance » gronde le cerbère avec un clin d'oeil indécent vers Germaine, mais il me pointe du doigt et dit : «Vous ! »

C'est bien ma veine, ils ont dû changer le code.

J'interroge Germaine du regard mais elle a la tête ailleurs car dans la boîte de nuit ça chante à tue-tête :

« C'est pour les vivants

Un peu d'enfer

le Connemara »


A tue-tête ? A tue-tête c'est ce qui va m'arriver si je ne donne pas ce foutu code.

J'ignorais que les jordaniens connaissaient les lacs irlandais mais ça n'est pas ma priorité.

Instinctivement il me vient ail, oignon, échalote … Qu'est-ce qu'ils peuvent bien bouffer comme condiments dans le Galaad ?

Le cerbère n'est plus taciturne du tout, il a le cimeterre qui le démange alors va pour l'oignon puisque tout le monde sur terre mange des oignons.

Germaine me broie la main : »Dis quelque chose, on va pas finir sur ce tas de mecs »

J'ouvre la bouche.

Le cerbère a dégainé sa rapière tandis que dans la boîte ça crie : « And I'll survive, I will survive, hey, hey »

C'est plus fort que moi, je hurle : »Connards ! »

Avant de m'évanouir j'entends le cerbère dire « C'est ça »




Ma vestale échevelée est penchée sur moi : »Qu'est-ce que tu fous sur la carpette ? »

« Hein ? »

Je n'avais jamais remarqué qu'on possédait un tapis persan percé ...

« T'as encore fait un de tes cauchemars du samedi. Tu vas me faire le plaisir d'arrêter avec ces fichus Défis ! »

Je me mets à quatre pattes et je rampe nu comme un ver jusqu'à l'ordinateur.

Je n'ai pas l'air d'être mort et j'ai perdu cette ridicule tunique courte.

Je me connecte là où vous savez … pour une fois que j'ai une idée.



mardi 25 janvier 2022

Salade de fruits et légumes

 

Publié au Défi Du Samedi sur le thème de la Quetsche


On poireautait en rangs d'oignons depuis deux heures pour assister à une projection de « Pas de marche arrière pour les polochons », un navet que Germaine avec son cœur d'artichaut m'avait supplié d'aller voir, le genre de nanar à la noix qu'on produit en escomptant mettre un peu de beurre dans les épinards.

Un mioche poil-de-carotte et haut comme trois pommes qui nous précédait se fendit la poire à la vue d'un vieillard en chapeau melon qui sucrait les fraises dans la file d'attente.

« Les carottes sont cuites » me souffla Germaine à qui les moqueries du rouquin commençaient à courir sur le haricot.

Mi-figue mi-raisin, je prenais mon mal en patience tandis que derrière nous – pressés comme des citrons – les candidats au navet poussaient comme des champignons !

Germaine voulait absolument voir ce chef-d'oeuvre quand moi je voulais juste aller folâtrer sous la couette. Le gamin qui espionnait notre discussion en pouffant est allé s'occuper de ses oignons avant qu'il se prenne un marron.

Alors on a coupé la poire en deux histoire de ne pas se prendre le chou plus longtemps: on irait prendre un pot chez Gégène et – cerise sur le gâteau – une banana split à l'encre de seiche !

De retour à la voiture un papillon virevoltait sur le pare-brise … on s'était pris une quetsche.


samedi 15 janvier 2022

Tout ça c'est des histoires

 

Publié au Défi du samedi sur le thème Ogre



« Dis maman, pourquoi l'ogre bouffe les petits enfants ? »

« Parce que l'avaleur n'attend pas le nombre des années, mon chéri »

« C'est qui çui qu'a dit ça ? »

« C'est Corneille, mon chéri »

« Les chanteurs sont relou des fois, non ? »

« C'était pas un chanteur, mon chéri c'était un poète »

« Et c'est quoi un ogre qui mange des figues et des canards de Barbarie ? »

« C'est un ogre de Barbarie, mon chéri »

« C'est pour ça qu'il fait de la musique ? »

« Non, ça c'est l'ogre qui mange trop de haricots »

« Pouah ! C'est gore »

« Non mon chéri, on dit ogre »


« Et c'est quoi un petit poucet ? »

« Je pense que c'est un enfant qui envoie des SMS avec ses deux pouces »

«Mais t'en es pas sûre »

« Euh … non mon chéri »

« Donc t'es pas sûre pour le petit poucet mais t'es sûre pour l'ogre de Barbarie qui mange des fayots ? »

« C'est ça »


« Je vois. Et c'est quoi des pompes de sept lieues ? »

« Ce sont des bottes qui permettent de parcourir trente kilomètres en une enjambée »

« Bon, je te remercie bien. Je crois que je vais lancer un hashtag Balance ton Perrault ... »







samedi 1 janvier 2022

Un truc en béton

 

Publié au Défi du Samedi sur le thème Mastic


A Noël l'empereur Claudius, Claude de son prénom et non pas Noël – imbécile notoire, bègue, boiteux, épileptique et tyran indigne – avait décidé de s'offrir un aqueduc pour sa bonne ville de Nemausus (Nîmes pour les incultes), « un truc mastoc en béton romain » disait-il en se poilant car boire de l'eau était le cadet de ses soucis.

A sa mise en service, le truc devait débiter 400 litres d'eau par seconde mais il fuyait tellement qu'au bout du truc appelé Castellum divisorium (le bout du truc pour les incultes) on n'y voyait goutte; alors on fit venir de Castoramus et du lointain royaume de Merlin les plus grands spécialistes de l'étanchéité afin de remédier au problème.


D'après Rutilius Taurus Palladius – dit simplement Palladius – il fallait colmater les fuites avec un enduit qu'il appelait maltha, fait de chaux éteinte dans du vin de l'AOC Costières de Nîmes, et incorporée avec de la poix fondue et des figues fraîches qu'on financerait facilement avec un impôt figues. Mais Claude refusa le projet, prétextant que c'était balancer le vin pour rien.


Selon Pline – dit le Pipe Pline – ce maltha qu'il nommait malthe pour se distinguer devait être constitué de chaux fraîche éteinte avec du vin des Côtes du Rhône et broyée aussitôt avec de la graisse de porc et des figues qu'on financerait tout aussi facilement avec un impôt porc. Mais Claude refusa le projet, prétextant que c'était balancer son porc.


C'est finalement le roi Merlin (dit l'Enchanteur) qui l'emporta – celui par qui les envies prennent vie – avec son Mastic de fleur de chaux et d'huile du moulin de Fontvieille (moulin de Daudet pour les incultes, Daudet qui écrivit des lettres à son moulin pour les mêmes incultes), additionné de mâchefer et de sang de bœuf, dopé à la gomme ammoniaque et au soufre fondu mais c'est surtout sa belle couleur rouge qui plut au sanguinaire Claude.

Le projet fut voté ainsi que le très impopulaire Impôt bœuf (même si l'on sait le sort réservé aux mécontents).

Le mastic était né et Claude bientôt mort ...